Deux jours au Salvador

3 février 2015
Nouvelles générales

L'an dernier, j'ai été invitée à faire, ce qu'on appelle dans le domaine du voyage, un voyage de familiarisation. Le mot le dit : c'est un voyage nous permettant de visiter et de nous familiariser avec les produits qu'on vend. Vous savez, histoire de bien vous conseiller et de vous proposer des produits en connaissance de cause. Quel côté désagréable de notre travail (lire ici beaucoup de sarcasme). 

Je suis partie de Montréal pour un court séjour au Salvador et au Panama. Deux jours à l'un, trois jours à l'autre. Une petite saucette, comme on dit par chez nous. Mes 72 heures au Panama ont été exaltantes, je vous en reparlerai, c'est promis. Aujourd'hui, je vous parle du Salvador.

Malheureusement, ce produit n'est plus offert en tout inclus par nos fournisseurs. Je me permets quand même de vous en parler, car ce fut un voyage vraiment surprenant. De toute façon, il y a toujours possibilité de réserver à la carte (vols et hôtels séparément). Je vous le dis, ça vaut la peine!

Je n'avais pas vraiment d'attentes, car je ne connaissais pas vraiment la destination. J'avais une petite idée de l'hôtel que nous proposions à notre clientèle (Royal Decameron Salinitas), mais c’était très limité.

Notre arrivée s'est faite sous la pluie (en octobre, c'était la saison). Une température humide et chaude. J'ai tout de suite été impressionnée par la gentillesse de nos guides, et même celle des douaniers et des employés de l'aéroport (on s'entend que ce n'est pas toujours le cas).

Le transfert entre l'aéroport est d'environ 2 heures. Ça semble long, mais le paysage est tellement à couper le souffle qu'on ne voit pas le temps passer.

J'ai eu un petit frisson (OK, un gros frisson) en voyant le volcan San Salvador, qui n'est qu'à une quinzaine de kilomètres de la capitale du pays. Nous avons aussi aperçu de loin le Santa Ana, un autre volcan. Impressionnant. Irréel.

L'hôtel était un peu vieillot, mais confortable. Très propre également. Je dois avouer que côté nourriture, c'était plutôt équivalent à ce qu’on retrouve à Cuba. Pas de la haute gastronomie, mais toujours quelque chose à se mettre sous la dent. Le manque de variété m’a par contre déçue.

Le site est vaste, mais on s'y retrouve facilement. Les installations ne sont pas modernes, mais c'est toutefois très bien entretenu.

La plage : petite, sable volcanique, donc foncé! Il y a une barrière de roches pour éviter de trop grosses vagues, donc pour les grands baigneurs, ce n'est pas l'idéal. Toutefois, il y a de jolies piscines et quelque chose que vous ne verrez pas souvent : une piscine naturelle, à même la mer!

Mon coup de cœur? LE PEUPLE! Les gens sont gentils, souriants, accueillants.

Nous avons fait une excursion, ''La route des fleurs'', qui nous a menés en altitude, dans de petits villages pour voir le panorama et magasiner. Les villageois étaient sympathiques, tout le monde a l'air heureux. C'était émouvant.

L'art est omniprésent dans les petits marchés et c'est beau! Les gens travaillent beaucoup le tissu, c'est l'endroit idéal pour se procurer des vêtements, des foulards, des toiles qui sortent de l'ordinaire. C'est coloré et magnifique.

Ce qui a manqué à mon aventure au Salvador : la visite de volcans. Ces excursions d'une journée vous permettent de voir de plus près ces montagnes peu banales qui rendent si impressionnant le panorama du Salvador.

Il y a également possibilité d'aller passer une journée au Guatemala, qui n'est qu'a à peine 1 h 30 de l'hôtel.

Deux jours, deux nuits? Ce n'était pas suffisant. J'y retournerai un jour, c'est certain.


24 août 2015
Nouvelles générales

Destinations LGBT

Voyageurs gais et lesbiennes, je vous propose aujourd’hui une liste de destinat ...


Lire l'article
27 août 2015
Nouvelles générales

Top 16 des chansons qui font référence à un lieu

Voici mon top 16 des chansons qui font référence à un pays, une ...


Lire l'article
15 octobre 2015
Nouvelles générales

Voyager enceinte

Voyager lors d’une grossesse c’est possible, mais il faut être bien ...


Lire l'article
clavardage