Publications de voyage6767

Je viens de terminer la lecture et je suis plutôt déçu de mon coté. J'espèrais un recueil plus actuel sur la situation cubaine. Au contraire, c'est toujours les mêmes références sur Christophe Colomb, Castro et la révolution. En fait, ce n'est que la retranscription d'articles publiés dans les journaux européens par le "journaliste" au fil de plusieurs années.

J'ai relevé quelques perles sur l'image que les européens ont face aux canadiens (et québécois) qui visitent Cuba. 

  • « Dollar américain et euro : Ce sont, avec le dollar canadien dans une moindre mesure, les principales devises utilisées à Cuba »
  • « Contrairement aux Européens, les Canadiens restent entre eux dans des hôtels tout inclus, loin de villes et des habitants qui pourraient se montrer sensibles aux idées capitalistes. »
  • « … vendre à des Canadiens plus aisés le nouveau Royalton Havana après les avoirs transportés dans des charters exigus pendant quatre à six heures sera une gageure. »

Je suis convaincu que le dollar canadien est beaucoup présent que l'euro. Aucune mention du MLC qui a remplacé le CUC. Toujours les mêmes perceptions que les canadiens ne connaissent que la vie d'hôtel en tout inclus. Comme si les voyageurs n'auraient jamais vu les grandes villes cubaines dans les vingt dernières années.

Bref, un livre plein de clichés à mon avis. Et très peu de nouveautés comparés aux écrits antérieurs de l'écrivain. J'aurais aimé lire le point de vue d'une travailleuse d'hôtel lorsque la pandémie est arrivée ou celle du propriétaire privé d'un restaurant qui a vu son rêve s'écroulé du jour au lendemain. Mais rien de tout cela. 

commenter
Répondre

Je l'ai vu sur YT en mode Short et, de plus, ce n'est pas la vidéo d'origine. C'est le genre de vidéo découpé en plusieurs parties et je ne suis pas trop friant de ce type de vidéo. Je dirais que cela se passe aux ÉU et que c'était un petit avion donc probablement un vol entre deux villes américaines. Je n'en sais pas plus. Pour la menace, l'hôtesse indique qu'elle va contacter les agents de sécurité pour le faire sortir de l'avion. Selon moi, c'est une apparence de menace puisque l'homme en question argumente avec elle mais rien de laisse croire qu'il s'agit d'un passager turbulent. J'aurais aimé mettre un lien mais je ne suis pas spécialiste avec ce type de vidéo.

commenter
Répondre

Changement de siège juste avant le décollage

Anecdotes de voyage

Si vous voyagez régulièrement en avion, peut-être que la situation n'est pas nouvelle pour vous. Pour ma part, je réserve toujours mon siège à l'avance. Des fois j'ai payé pour avoir un siège précis ou j'ai programmé mon emploi du temps pour faire le pré-enregistrement avant le départ. Je précise que je suis superticieux avec les nombres et les lettres. Il y a des numéros que j'évite puisqu'ils sont malchanceux pour moi. Par exemple, j'ai souvent eu des problèmes lorsqu'il y a le chiffre "9". Je ne pourrais pas dire pourquoi mais cela fait parti de ma réalité.

Avant la pandémie, il y avait plusieurs sièges souvent libre et le problème se réglait par lui-même mais, maintenant, les avions sont plutôt plein et c'est plus rare de voir des rangées vides.

Vous avez peut-être vu une vidéo où un homme (A) qui préfère conserver le siège qu'il avait réservé à l'avance (et payé). À coté de lui, il y a un autre homme (B) qui n'a pas fait de réservation et qui se trouve séparé de sa femme assise sur un autre siège. L'hôtesse fait une première demande à M. A pour un changement de siège. Ce dernier refuse poliment. L'hôtesse change un peu de ton et exige de M. A qu'il change de siège sous le prétexte que le couple souhaite être assis ensemble. M. A refuse toujours en indiquant qu'il a payé ce siège en particulier, qu'il est déjà installé et que sa ceinture est même bouclée. L'hôtesse menace même de faire appel aux agents de sécurité aéroportuaires. On laisse même sous-entendre qu'il devient agressif en refusant de céder sa place.

Je ne connais pas la fin de l'histoire mais je sais qu'il y a énormément d'articles médias qui conseille de ne pas changer de place. Pour les histoires d'équilibrage entre autre mais aussi pour fin d'identification en cas d'accident. Une fois que je suis installé, j'ai beaucoup de difficulté à changer de place seulement parce que d'autres personnes n'ont pas voulus payés pour leur siège. Est-ce que je dois subir les inconvénients pour les autres?

Qu'en pensez-vous?

Nous aussi on achète d'avance nos sièges pour être sûr d'être ensemble et pas question de changer de place ou autre option.

Ce qui me dérange, c’est écrit que l’hôtesse de l’air le menace.  Ça me surprend beaucoup.  Lors, d’un précédent voyage un homme voulait être assis dans la rangée fasse au mur parce qu’il avait un enfant avec lui.  Je le voyais insister comme si c’était un dû, l’hôtesse a hésité et parlementé avec l’homme avant de demander poliment aux personnes dans cette rangée de cinq si elle voulait changer de place, aucune n’a accepté.  Il est retourné à sa place frustré.  Je l’ai trouvé très effronté, il n’avait qu’à réserver d’avance ses sièges. 

J’aimerais savoir qui raconte l’histoire et si cela a été raconté dans les journaux.

Je l'ai vu sur YT en mode Short et, de plus, ce n'est pas la vidéo d'origine. C'est le genre de vidéo découpé en plusieurs parties et je ne suis pas trop friant de ce type de vidéo. Je dirais que cela se passe aux ÉU et que c'était un petit avion donc probablement un vol entre deux villes américaines. Je n'en sais pas plus. Pour la menace, l'hôtesse indique qu'elle va contacter les agents de sécurité pour le faire sortir de l'avion. Selon moi, c'est une apparence de menace puisque l'homme en question argumente avec elle mais rien de laisse croire qu'il s'agit d'un passager turbulent. J'aurais aimé mettre un lien mais je ne suis pas spécialiste avec ce type de vidéo.

Moi aussi on m a demandé de changer de place en classe club chez transat lors de 3 de mes 4 derniers voyages et j ai refusé car quand je réserve un siège en particulier c est parce que je désire ce siège.Je vais le faire savoir à air transat

commenter
Répondre

J'espère qu'un responsable de MinTur Cuba lira le message. Les hôtels sont actuellement vides et la situation ne risque pas de s'améliorer à court terme. Je suis convaincu qu'il y a de l'argent à se faire avec une clientèle "party". Plusieurs hôtels de Varadero sont plutôt viellots donc moins invitant et ont une discothèque en bonus.

Je pense notamment au Villa Cuba (s'il existe toujours) qui répondrait facilement à cette clientèle. En plus d'être assez proche du Calle 62 donc on peut marcher pour y aller.

Si l'hôtel est bien identifié comme endroit festif, ceux qui préfère la tranquilité iront ailleurs. Ce n'est pas les hôtels qui manquent. J'ai l'impression que Cuba apprécie sa situation actuelle et ne souhaite rien changer pour améliorer la situation touristique.

commenter
Répondre

Sur un autre site, des voyageurs mentionnaient un prix de 80$ US par jour (pour 2 personnes). En général, c'est toujours plus économique d'acheter à l'avance.

commenter
Répondre

Non, c'est terminé. C'était plutôt des demi-excursions. En ce moment, plusieurs excursions ne sont plus disponibles à cause du rationnement d'essence.

commenter
Répondre

Si vous prenez les icepaks, mettez-les dans un sac ziploc. Avec le changement de pressions, les icepaks peuvent se fendre et laisser échapper la solution interne. Sinon, je préfère mettre de l'eau dans une bouteille de 100ml et d'en faire des icepak maison. Arrivée à destination, vous aurez une gorgée d'eau froide.

commenter
Répondre

Septembre est la saison basse. Vous risquez d'avoir plusieurs restos et bars fermés. L'animation sera au minimum ainsi que le buffet. Lorsqu'il y a seulement 20-30 clients à l'hotel, c'est pas très intéressant à mon point de vue. En revanche, si vous aimez la tranquilité, vous serez servi. Bonne réflexion.

commenter
Répondre

Normalement, la chaîne Iberostar devrait moins subir les pénuries grâce à une entreprise qui gère l'importation des produits. Selon plusieurs sources, Cuba importe près de 80% de la nourriture. Donc, le problème d'approvisionnement ne se règlera pas demain. L'ïle est prise dans une cycle sans fin. Les cubains ne veulent plus travailler dans les fermes alors on importe, on importe... et après on trouve que les prix sont élevés. La construction des nouveaux hôtels est souvent confiée à des étrangers puisqu'ils sont de meilleurs travailleurs. À l'exception des produits de la mer, de quelques fruits et légumes, il n'y a pas vraiment de produits locaux.

https://professionvoyages.com/lhc-restauration-iberostar-cuba/

commenter
Répondre