Forum | Voyages à Rabais® Comparez Constatez Voyagez clavardage

Résumé Bribri Playa Coco...

Général

Résumé Playa Coco, 11 au 18 septembre

 

Bonjour à tous, AVIS…c’est très long mais je n’ai pas la patience de relire et de restructurer en développant moins…vous m’en excuserez!!!

 

A vos marques, prêt?….partez hi hi hi

 

Départ 11 septembre 6h30 am avec Air Canada.  Je suis fébrile et j’ai seulement hâte d’être à l’aéroport de Cayo Coco et espérer y trouver mon mari et la femme de mon compagnon de voyage. 

Nous avons chacun notre « VALISE spéciale » qui réduit le coût de notre voyage, un bon gros bagage à main et je me suis même permis une autre valise en soute pour toutes les petites choses essentielles que j’apporte à mon mari à chaque fois, le poids des bagages permis avec Air Canada étant généreux.  Beau confort et excellent service avec Air Canada.  Avant de décoller, j’ai une pensée pour Salsagirl qui se trouvait dans un avion du même genre quelques semaines auparavant avec des problèmes majeurs!!!  Mais j’ai le cœur léger et suis convaincue que tout se passera très bien.  Je vérifie tout de même si les ailes de l’avion présentent de la rouille hi hi hi.  Glisser et Déposer

 

Nos deux conjoints quant à eux, partaient de Sancti Spiritus en taxi cubain à 9h30 am pour tenter de se rendre directement à l’aéroport.  Ils ont en main les bons de réservation d’hôtel à leur nom, leur carnet d’identité et certificat de mariage pour présenter le tout au contrôle policier de la route menant aux hôtels de Cayo Coco et Cayo Guillermo.

 

Tout est parfait, le vol arrive à l’heure exacte à Cayo Coco.  L’avion est à moitié vide, ça devrait donc être assez rapide pour passer les douanes et retrouver les bras de mon mari.  Quelle douceur dans mon cœur….Glisser et Déposer

2 réponses

Pendant cette attente exagérée au bureau de change, les bagages ont eu le temps d’arriver mais je constate à ce moment qu’il y a énormément de personnel en place et beaucoup de personnes se font déjà fouiller leurs bagages…Hoooo merde de merde….Me suis-je dis….ça prendra un miracle pour ne pas y passer moi-même.  Comment pouvait-il en être autrement…le bagage est étiqueté : lourd/heavy.  Je regarde du coin de l’œil mon copain de voyage et je constate qu’il s’apprête à être passé à la fouille….WOW…je suis nerveuse, c’est bien évident que les questions seront nombreuses…mais j’ai tout de même rien à cacher, il n’y a rien d’illégal, juste un peu trop élevé en valeur ja ja ja!!

 

J’ai finalement mon argent et je cherche mes deux bagages…je trouve ma « Valise spéciale » mais aucune trace de la mienne….Bon, je vais tout de même récupérer celle-là! A la seconde où je m’approche de la valise, un charrrrmant cubain dans son habit vert de mauvais goût hi hi hi…me demande si elle est à moi.  J’aurais voulu lui dire que c’est celle de mon voisin ha ha ha!!!!  Il me fait signe de le suivre et je suis pas surprise du tout.  Maintenant y’a rien d’autre à faire que de subir cette fouille et de répondre aux questions.  Je dépose donc la valise sur la table que j’ai nommée « table faite pour écœurer le monde »!  Moi, j’ai pas l’intention de niaiser longtemps avec tout cela, Il me parle et en même temps je vérifie si je peux voir mon mari à l’extérieur et tente aussi de localiser ma valise…. WOW, elle est pas là, pas plus que mon mari.   Merde de merde...Ca va mal!!!!!  Tout roulait carré depuis le début de la semaine concernant ce voyage et les malheurs ne semblent pas s’arrêter.

Je me raisonne puisque de toute façon pour l’instant, je suis aux prises avec cette fouille et j’espère en finir au plus vite.  Mais eux, ils en ont décidé autrement.

 

De la façon dont est conçue la valise, les biens (linges, médicaments, souliers, etc…) sont dans des sacs distincts et identifiés à des familles précises.  Je ne désire pas défaire tous les sacs de cette valise…je lui demande gentiment s’il est possible pour lui de regarder sommairement et de me faire payer la taxe de 50 CUC pour que je puisse aller profiter de mes vacances…après tout, qu’est-ce qu’il y a de mal à vouloir aider le peuple cubain?

 Il ne veut rien entendre, il veut que je sorte toutes les bouteilles de médicaments, vitamines en dehors des sacs que je dois percer pour cela mais aussi, il me fait sortir les lettres adressées aux familles.  Je tente bien d’avoir son indulgence mais il ne veut rien savoir.  J’insiste en lui disant que les sacs sont transparents et qu’il peut facilement vérifier de cette façon.  Rien à faire.  Il va même jusqu’à ouvrir les lettres et se permet de les lire….quel enfoiré!!!  J’ai les larmes aux yeux, je trouve qu’il exagère, qu’il n’a pas le droit de fouiller dans l’intimité de ces gens comme cela et je ne me gêne pas pour lui dire.Glisser et Déposer </p>
                            </div>
            <div class=

1 réponse

Répondre

Mon copain a eu la vie plus difficile, pour lui se fut 202 CUC pour garder la valise….Ca n’a aucun bon sens…ils sont complètement malades!  Il a eu droit à un interrogatoire encore plus difficile, étant obligé de donner toutes les coordonnées de sa femme et plus….

                       

Bref, on se retrouve à l’extérieur de l’aéroport, moi sans ma valise personnelle et pour laquelle j’ai rempli un papier afin de la retrouver avec une gentille dame qui était pleine de compassion devant ma situation, me disant elle même que tout cela était stupide.

 

Bon maintenant, il faut aller au poste de contrôle pour nos conjoints.  Mais nous sommes les derniers à l’aéroport donc les gars de taxi sont fermés à négocier…Il nous charge donc 50 CUC pour aller au poste de contrôle et revenir ensuite à l’hôtel.   Grrr..quelle merde….vraiment, le début de ce voyage augure très mal.  Je me mets à imaginer que peut-être mon mari n’est pas au poste de contrôle pour X raison.  Mon compagnon de voyage me dit de rester positive…ha ben oui…facile à dire….moins facile à faire après tout cela.  Nous partons donc, prenant soins d’arrêter au premier endroit pour acheter quelques bières, question de relaxer de tout cela et en garder pour offrir à nos amoureux.  ½ heure plus tard, nous arrivons au poste de péage….ouff…ils sont là les deux, combien heureux de nous voir arriver puisqu’ils commençaient à désespérer et s’inquiéter de nous après tout ce temps.

 

Ca ne prendra pas 5 minutes avant de pouvoir repartir mais bien un bon 20 minutes avec le stupide policier vérifiant nos papiers.  Vraiment l’autorité cubaine, j’en ai plein mon casque.  Tout cela parce qu’on est avec des cubains…jamais un tel contrôle ne serait effectué si nous étions pas avec eux.  C’est totalement discriminatoire.  Une chose est certaine, ils ne peuvent pas refuser de nous laisser passer puisque nous sommes en règles mais quel plaisir ils ont à nous faire niaiser!!!!  On rage en dedans mais devant eux, on se plait à leur montrer combien a bière est bonne dans cette chaleur torride et combien la vie est belle malgré leur acharnement!!!  Gang d’emmerdeur!!!!!

 

Bref, on reprend la route, 5 dans le taxi avec une place en moins à cause de la quantité de bagage…il y en a jusque sur le toit et moi j’occupe les genoux de mon mari….devinez si ça me dérange!!! Ja ja ja.

 

1 réponse

Répondre

Concernant ma semaine :

He bien, j’ai tenté de profiter de chacun des moments avec mon mari.  J’y suis parvenue à 80% ja ja ja.  Pourquoi???, Mon mari est très très volubile et sociable alors nul besoin de vous dire qu’il connaissait tout le personnel de l’hôtel en l’espace de deux jours et la plupart des touristes aussi ja ja ja.  Aussitôt à l’extérieur de la chambre, oublier la tranquillité.  En fait, je suis très sociable moi aussi, c’est juste que cette semaine là, je le voulais juste pour moi ou presque alors j’ai donc usé de quelques ruses pour y parvenir quelquefois hi hi hi.   Il a réussi à se faire un contact pour un possible emploi à son arrivé ici.  J’ai un peu calmé ses ardeurs car vous savez…les gens disent bien des choses avec de bonnes intentions mais parfois ces promesses s’avèrent impossibles!

 

J’ai découvert un nouvel aspect de mon mari durant cette semaine : Je ne l’avais jamais vu manger autant que pendant cette semaine.  On a bien rigolé à ce sujet puisqu’à chaque occasion où il pouvait aller me chercher une bière, c’était anormalement long jusqu’à ce que je m’aperçoive qu’il en profitait pour se commander un Hamburger pour calmer sa fringale.  Le comble de tout cela, c’est qu’il est grand et mince…c’était à n’y rien comprendre.  Une semaine avant ce voyage, il a reçu un diagnostic de parasite aux intestins qu’il traite maintenant.  Il se plaisait donc à dire que c’était son parasite qui mangeait toute cette nourriture ja ja ja.  En fait, cette attitude était motivée par l’accessibilité et la diversité qu’il n’a pas à la maison donc le but était d’en profiter le plus possible.  Il pouvait donc manger jusqu’à 7 fois par jour..incroyable.  Au départ de l’hôtel, il a fait provision de fromage, viandes froides et desserts dans deux grands plats de plastique pour apporter aux siens…C’ est quand même un peu triste vous ne trouvez pas?  Même si je lui dis que ce n’est pas nécessaire de faire cela, que je vais lui laisser un peu d’argent, il me dit que s’il peut m’aider à ne pas lui en donner pour ces portions, se sera déjà ça!

Tout au long de la semaine, nous avons rempli un 2 litres de rhum pour l’apporter chez lui et l’offrir au mari de sa mère.  La serveuse au Lobby nous voyait arriver avec ma tasse thermos et nous n’avions rien à demander, juste un simple sourire et hop là…ma tasse revenait pleine de ce liquide tant aimé des cubains.  Ils ont une belle solidarité entre eux, c’est beau à voir.  Aussi, il m’était difficile de donner des pourboires, le personnel refusait de le prendre sachant que j’étais la femme d’un Cubain.  Ils me considéraient comme une des leurs.  Le DJ a même fait un disque MP3 à mon mari qui s’est assis avec lui près de 2 heures pour choisir sa musique, sans vouloir accepter quoi que se soit en retour. 

 

1 réponse

Répondre

Le dimanche matin à l’aéroport, j’avais enregistré mon bagage mais j’attendais à la dernière minute pour passer la douane afin de rester à l’extérieur avec mon mari jusqu’au dernier moment mais devinez quoi??? encore une stupide police est venue nous déranger pour contrôler nos papiers et nous faire niaiser 10 minutes.  C’est pas croyable….

Le comble, à sa sortie de Cayo Coco, au poste de contrôle, alors que j’étais déjà en vol de retour, il s’est fait fouiller absolument tous ses bagages de fond en comble avant de pouvoir repartir.  Alors les Cayos pour moi…on oublie cela!

 

Bon maintenant, mon appréciation du site et de l’hôtel.

 

L’hôtel en lui-même est très bien, c’est beau, la végétation commence à être plus présente et je trouve tout l’ensemble très propre et bien entretenu.  Le personnel est très gentil, je n’ai rien à redire à ce sujet.

 

Les touristes n’étaient pas nombreux vu la période de l’année et je crois que cela à une influence sur certains aspects.

 

L’animation????  Wow, laquelle? Ja ja ja.  Je n’ai jamais vu un site aussi tranquille et si peu d’animation.  Vraiment je suis unanime avec tous les commentaires passés auparavant à l’effet que c’est presque inexistant.  Par contre dans mon cas, ça m’importait peu!  Yoanny une serveuse au Lobby Bar me disait que ça fait 3 fois depuis l’ouverture de l’hôtel que l’équipe d’animation change et il semble que cette fois-ci ne soit pas encore la bonne!

 

Les shows, j’en ai vu qu’un et j’ai pas été impressionnée.  Vraiment ordinaire.  La femme de mon compagnon de voyage qui est ballerine de formation était du même avis que moi.

 

Nourriture :

La faiblesse est au niveau de la variété au buffet qui est vraiment déficiente.  Ce qui y est présent est généralement bon ou ma

Grrr...trop de texte dans chaque partie...il manque des bouts....

je vais recommencer..désolée!!!

Bribri

commenter