Forum | Voyages à Rabais® Comparez Constatez Voyagez clavardage

Des séminaires pour peur de l'avion

Général

Des séminaires pour vaincre sa peur de l'avion

André Désiront

La Presse

Collaboration spéciale

Pourquoi un individu sur 10 est-il taraudé par une peur qui l'empêche de prendre l'avion? Sans compter que, parmi ceux qui prennent l'avion, près de quatre personnes sur 10 sont en proie à une forme d'anxiété plus ou moins aiguë, lorsqu'ils volent...

«La phobie est un processus de généralisation. C'est une forme de protection que le cerveau a développée voici des milliers d'années, lorsque les hommes étaient confrontés à un milieu naturel hostile, explique Marc-Antoine Plourde, du Centre de recherche et de formation De Plour, qui dispense des traitements pour vaincre la phobie de l'avion. Pendant la préhistoire, la peur était un mécanisme qui aidait les hommes à survivre dans un milieu où les prédateurs étaient légion. Aujourd'hui, l'homme n'a plus de prédateurs, mais le cerveau n'a guère évolué et il continue à généraliser lorsqu'un événement particulier déclenche les mécanisme de la peur. La peur de voler est généralement déclenchée par un événement du passé auquel on est resté accroché.»

Le Centre de recherche et de formation De Plour (CRFDP), que dirige Marc-Antoine Plourde organise des séminaires pour aider les gens qui ont peur de l'avion à vaincre leur phobie. Il s'agit de session de deux jours, qui ont lieu les fins de semaines. Elles réunissent une quinzaine de personnes et sont encadrées par un psychologue et un des deux animateurs du CRFDP, soit Marc-Antoine Plourde, qui est commandant de bord chez Air Canada, ou son frère Richard, qui est directeur de comptes chez Bombardier.




«Au cours de ces deux jours, nous aidons les participants à découvrir sur quels événements particuliers reposent leur phobie de l'avion», dit Marc-Antoine Plourde. À cet égard, il n'y a pas de constantes. La phobie peut avoir été déclenchée par des turbulences vécues lors d'un vol agité ou par un événement extérieur. «Il y a des gens qui découvrent que c'est l'impression de rupture éprouvée lorsqu'ils voyagent qui les affectent. Une dame nous a dit : «Moi, c'est de laisser mes enfants derrière moi et la crainte de ne pas les revoir...» Plusieurs détestent le sentiment de ne pas avoir le contrôle et de devoir s'en remettre aveuglément aux pilotes. Nous essayons de les aider à vaincre cela, ce qui peut leur être bénéfique dans leur vie quotidienne. Cela gruge beaucoup d'énergie de toujours vouloir exercer le contrôle sur tout.»

Pascal Glisser et Déposer

 l'issue du séminaire, les participants sont invités à effectuer un vol d'une heure dans un avion affrété pour la circonstance. «Le samedi soir, la majorité des participants avouent qu'ils ne sont pas prêts à prendre le vol, mais à l'issue de la session, le dimanche soir, 80 % d'entre eux embarquent dans l'avion. Les autres nous reviennent souvent pour faire le vol quelques semaines plus tard : ils avaient besoin de digérer' ce qu'ils ont appris pendant le séminaire.»

La session coûte 795 $, dont 545 $ servent à payer les coûts d'affrètement de l'appareil. Le CRFDP organise également des sessions de consultations individuelle, généralement pour les gens politiciens, ténors du monde des affaires qui ne veulent pas se mêler à un groupe. L'organisme est associé à l'OACI (Organisation de l'aviation civile internationale) et à la Fondation Valk pour organiser la troisième Conférence mondiale sur la peur en avion qui se tiendra à Montréal du 4 au 6 juin prochains.

Source La Presse

Pascal Glisser et Déposer

commenter