Forum | Voyages à Rabais® Comparez Constatez Voyagez clavardage

Liberty of the Seas : 1 ville sur l'eau

Général

Andrée Lebel

La Presse

Fascinant! C'est le premier mot qui me vient à l'esprit pour décrire le Liberty of the Seas. Le nouveau navire de Royal Caribbean est une véritable ville flottante. Il partage le titre du plus gros paquebot du monde avec son jumeau, le Freedom of the Seas, lancé l'an dernier.

Ses proportions enflamment l'imagination, mais son aménagement comprend plusieurs îlots à échelle humaine. Il y a tant d'activités, tant de restaurants et de bars que chaque passager peut choisir ce qui lui convient.

En fin de semaine dernière, quand je suis arrivée au port Cape Liberty de Bayonne (New Jersey) pour une croisière inaugurale, la file s'étendait à perte de vue. Mais l'embarquement s'est fait avec une rare efficacité et en moins de deux, j'étais dans ma cabine.

Après avoir consulté le plan du navire, je suis partie à sa découverte, ce qui est une activité en soi. D'un pont à l'autre, l'étonnement est garanti. Le mur d'escalade, la piscine avec simulateur de vagues pour le surf, le minigolf et la patinoire me laissent bouche bée. Ici et là, de petites places charmantes, des oeuvres d'art à profusion, une architecture soignée, des escaliers majestueux et des pièces parfois inattendues, comme la lumineuse chapelle où seront célébrés des mariages durant les croisières.

Malgré le grand nombre de passagers, la circulation est fluide. Pas de longues files d'attente, ni au buffet ni devant les 14 ascenseurs. Et surtout, on arrive à s'y retrouver sans problème, car plusieurs bars et restaurants sont relativement petits (entre 50 et 100 places) et chacun a sa personnalité, son ambiance.

Pour la baignade, on a le choix entre trois piscines et six bains à remous, dont deux sont suspendus au-dessus de l'eau. Et à proximité du spa, il y a un immense centre d'exercice, son ring de boxe, une piste de jogging et un terrain de basket.

J'ai eu un coup de coeur pour la promenade, qui a l'allure d'une rue avec ses cafés terrasses, bars et boutiques dont un salon de barbier d'une autre époque. Et, au-dessus des commerces, 172 cabines intérieures ont vue sur la promenade. Le matin, on peut y prendre son petit-déjeuner pendant que les commerçants ouvrent tranquillement leurs boutiques. À l'heure de l'apéro, les bars sont fort animés et pendant la soirée on peut danser dans la rue sur la musique des années 70 avec des éclairages de discothèque. C'est coloré et dynamique. Des numéros de cirque et des défilés flamboyants contribuent à créer une atmosphère de vacances.

Côté nourriture, personne ne souffre de faim sur le Liberty of the Seas. L'immense salle à manger pouvant accueillir plus de 2000 passagers est aménagée sur trois étages. Mais le midi, le buffet est très attirant avec sa grande variété de plats de tous les continents. Une fois qu'on s'est résigné à manger dans des assiettes en plastique surdimensionnées, le principal problème est de choisir. Et compte tenu des quantités préparées, c'est une véritable surprise que tout soit aussi bon. En plus, il y a deux restaurants de spécialités et sept restaurants où l'on sert des collations. J'ai adoré le Johnny Rockets, un authentique restaurant des années 50 avec banquettes et tables en formica où trône un juke-box.

Jamais un paquebot ne m'a semblé aussi vivant. En plus du casino, plusieurs spectacles sont présentés ici et là, à différentes heures et parfois en même temps. Il y a du jazz, de la musique classique et, bien sûr, de la musique latino pour danser.

Le spectacle sur glace Encore est sans contredit le plus spectaculaire. Pendant que les patineurs présentent leur numéro sur des musiques de Carmen, du Fantôme de l'Opéra et des chansons d'Elvis Presley, les spectateurs retiennent leur souffle dans les gradins.

Il y a aussi le Platinium, un magnifique théâtre de 1350 places où on présente des spectacles de variétés et l'incroyable Matt Yee, qui fait rire les passagers au bar Schooner.

Le Liberty of the Seas visant une clientèle familiale, on y a aménagé de grands espaces pour les jeunes, qui peuvent s'inscrire à des programmes spécialement conçus pour eux. Chaque groupe d'âge a ses quartiers réservés et les adolescents sont particulièrement choyés. Arcades et écrans géants sont à leur disposition.

Construit au coût de 800 millions $ dans les chantiers d'Aker, en Finlande, le Liberty of the Seas est à la fine pointe de la technologie. Le paquebot peut faire un tour complet sur lui-même et son roulement est si doux qu'il est facile d'oublier qu'on est sur l'eau. Les cabines, toutes de bonne grandeur, sont dotées d'un écran plat et de lits confortables. Plus de 500 d'entre elles disposent d'un troisième et même d'un quatrième lit d'appoint pour accommoder les familles, tandis que 32 cabines ont été aménagées pour les personnes handicapées ou à mobilité r

Photo Andrée Lebel, La Presse

Pascal

Il manque la fin à ton article...Glisser et Déposer


Construit au coût de 800 millions $ dans les chantiers d'Aker, en Finlande, le Liberty of the Seas est à la fine pointe de la technologie. Le paquebot peut faire un tour complet sur lui-même et son roulement est si doux qu'il est facile d'oublier qu'on est sur l'eau. Les cabines, toutes de bonne grandeur, sont dotées d'un écran plat et de lits confortables. Plus de 500 d'entre elles disposent d'un troisième et même d'un quatrième lit d'appoint pour accommoder les familles, tandis que 32 cabines ont été aménagées pour les personnes handicapées ou à mobilité réduite. Près de la moitié des cabines sont dotées de grands balcons.

commencera officiellement sa carrière le 19 mai. Il offrira des croisières d'une semaine dans les Antilles. Mais la vie sur le navire est si intense qu'il constitue une destination en lui-même.

Le Liberty of the Seas en chiffres


Tonnage : 160 000 tonnes
Longueur : 339 mètres
Largeur : 56 mètres
Vitesse : 21,5 noeuds
Ponts : 15
Passagers : 4328
Équipage : 1400
Bars : 18
Cabines (dont 842 avec balcon) : 1817

Pascal

 Liberty of the seas

 Itinéraire Caraïbes en fête:Liberty of the seas.

commenter