Forum | Voyages à Rabais® Comparez Constatez Voyagez clavardage

Les grossistes planifient l'hiver

Général

Les grossistes planifient l'hiver

André Désiront

La Presse

Collaboration spéciale

Depuis plusieurs années, les Québécois qui passent des vacances d'hiver au soleil n'ont plus de nouvelles destinations à se mettre sous la dent

Pour que des voyagistes comme nous lancent une nouvelle destination de masse, il faudrait créer de toutes pièces une nouvelle République dominicaine!» lance Luce Prud'Homme, directrice du marketing de Tours Mont-Royal. Pourtant, un des grands joueurs, Vacances Sunquest, tentera de séduire les consommateurs avec une île qui, jusqu'ici, n'était pas offerte en vol direct au départ de Montréal: Aruba, dans les Antilles néerlandaises.

«Bien sûr, cette destination est un peu plus chère que celles que fréquentent habituellement les Québécois, mais elle présente divers avantages, notamment celui d'abriter deux hôtels appartenant à des chaînes très populaires ici: le Holiday Inn Sunspree et le Riu Palace qui vient d'y ouvrir ses portes en juillet», observe Alain Look, directeur des opérations de Vacances Sunquest au Québec. Les prix, en janvier, évoluent dans une fourchette comprise entre 2200 $ et 4000 $. Très similaire, donc, à ce qui se pratique en Jamaïque.

Sans fracasser des records, Aruba, qui est une destination réputée «haut de gamme» où plusieurs hôtels exploitent des casinos, se vend relativement bien sur le marché ontarien et aux États-Unis. C'est surtout parce que son partenaire privilégié, la chaîne hôtelière espagnole RIU, vient d'y ouvrir un immense hôtel tout inclus, que le voyagiste a décidé d'y commercialiser un vol au départ de Montréal. Si les prix n'y sont qu'à la portée des bourses bien garnies, on peut dire que les plages, avec leur sable poudreux, figurent parmi les plus belles des Antilles.

Vacances Signature programme pour la première fois des vols vers Cozumel, cette île très prisée des amateurs de plongée, située à 45 minutes de traversier de Playa del Carmen, sur la Riviera Maya. Plusieurs grossistes - notamment Vacances Sunwing et Vacances Air Canada - en faisaient déjà autant. Mais il s'agissait d'une destination relativement marginale qui - et l'arrivée de Signature ne fait que le sanctionner - gagne un peu de terrain chaque année.

Tours Mont-Royal revient à Holbox, cette petite île située à la pointe nord du Yucatan. Le même grossiste l'avait déjà programmée voici deux ans. «Nous l'avions abandonnée l'an dernier, parce que le transfert depuis l'aéroport de Cancun prenait trop de temps: environ trois heures, sans compter le traversier, explique Luce Prud'Homme. En plus, il s'agit d'un produit de niche qui s'adresse à une clientèle particulière, qui recherche le calme et les petites propriétés, puisque le Villa Paraiso del Mar que nous vendons là-bas n'a que 36 chambres.»

L'évolution de la demande vers le haut de gamme se poursuit. Dans les brochures de Vacances Transat, par exemple, 62 % des hôtels sont classés «quatre étoiles et demi» ou «cinq étoiles». L'hiver dernier, cette proportion était de 57 %.

Les deux marques du groupe Transat, Vacances Transat et Nolitours introduisent des forfaits d'une durée de 10 et 11 nuits dans les trois destinations les plus populaires: Varadero, Cancun (et Riviera Maya) et Punta Cana.

Pascal

Pareille alternative aux traditionnels forfaits d'une ou de deux semaines avait déjà été lancée par Vacances Sunwing, le grossiste ontarien qui avait fait irruption sur le marché québécois l'an dernier. Sunwing propose également des forfaits de trois ou quatre nuits.

Vacances Transat, dont la palette de destinations n'a pas varié, propose des hôtels qui ne sont pas des tout-inclus. Il ne faut pas y voir l'ébauche d'une tendance lourde, selon Denis Codère. «Un certain nombre de consommateurs nous demandaient de l'hébergement sans repas, explique-t-il. Comme il s'agit généralement de clients pour qui les préoccupations budgétaires ne priment pas, nous avons sélectionné une demi-douzaine de très beaux hôtels.» Parmi ces propriétés offertes sans aucune inclusion figure notamment le Sanctuary Cap Cana Golf & Spa, situé non loin de Punta Cana, sur un promontoire réquisitionné par le milliardaire américain Donald Trump qui y fait aménager plusieurs complexes de grand luxe. Retenez ce nom: Cap Cana. On en entendra certainement parler, au cours des prochaines années, en l'associant à des «gens riches et célèbres»!

Tous produits confondus, les prix demeureront relativement stables. Denis Codère parle d'une hausse de 3 % en moyenne. «La force du dollar canadien nous a permis de payer nos chambres moins cher au Mexique et en République dominicaine, où nous sommes facturés en dollars américains, dit Yvon Michel, président de Tours Mont-Royal. Mais cet avantage a été annihilé par la hausse des coûts du carburant qui a fait grimper le prix des billets d'avion.»

On évalue qu'environ 550 000 sièges d'avion seront commercialisés au départ du Québec vers les destinations-soleil, entre le 1er novembre et le 30 avril. C'est 50 000 de plus que l'hiver dernier et 150 000 de plus que voici deux ans. L'arrivée de Vacances Sunwing sur le marché québécois avait contribué à faire augmenter l'offre considérablement, l'an dernier. Cette année, ce voyagiste qui ne figurait pas dans le paysage pendant l'hiver 2005/2006, mettra 130 000 forfaits en marché avec des vols au départ de Montréal, Québec et, aussi, Bagotville. Juste pour Vacances Transat et Nolitours, on parle d'une hausse de l'offre de l'ordre de 15 %. On peut donc s'attendre à voir les prix baisser pour stimuler la demande, à mesure qu'on se rapproche des dates de départs (sauf peut-être pour la période des congés scolaires, qui devient de plus en plus populaire). Mais Denis Codère fait observer que la demande, elle, augmente aussi vite que l'offre.

Source La Presse

Pascal

commenter