Forum | Voyages à Rabais® Comparez Constatez Voyagez clavardage

Americains et Cuba

Général

A lire très intéressant.

Des milliers d'Américains font fi de l'interdit pour goûter au fruit cubain
Will Weissert - Presse Canadienne (PC)


S'il est élu président, Barack Obama annulera les restrictions imposées aux Américains d'origine cubaine qui veulent visiter le seul pays communiste de l'hémisphère occidental. De plus en plus de politiciens républicains et démocrates proposent même d'aller plus loin et de permettre à tous les Américains qui le désirent de visiter Cuba.

Mais des milliers de touristes américains se rendent déjà à Cuba chaque année, à l'insu de Washington, et plusieurs affirment que de le faire dans la clandestinité ajoute à leur plaisir. Certains se précipitent même pour visiter l'île avant la disparition de Fidel Castro, par crainte des changements qui pourraient s'y produire si le gouvernement américain devait, après son décès, annuler l'interdit qui pèse actuellement sur les voyages. p> «Le fait que je n'étais pas sensé y être, pour moi, c'était ce qu'il y avait de mieux», a dit Amit, un New-yorkais de 29 ans qui a visité Cuba en septembre 2006, peu de temps après que Castro soit tombé malade et eut cédé le pouvoir à son frère Raul. p> «C'était comme, "Il faut y aller maintenant". On ne sait pas à quoi Cuba va ressembler quand Castro sera disparu", a-t-il ajouté.

Amit a préféré ne pas mentionner son nom de famille pour éviter d'être mis à l'amende. Il n'est pas illégal pour les Américains de visiter Cuba, mais une loi fédérale des Etats-Unis leur interdit d'y dépenser de l'argent sans autorisation. Les contrevenants s'exposent à une amende qui peut atteindre 55 000 $, même si plusieurs règlent normalement pour des sommes plus modestes.

Depuis janvier 2006, 19 Américains ont été mis à l'amende pour s'être rendus à Cuba, dont quatre qui participaient à la réalisation du documentaire «Comandante» d'Oliver Stone. Le cinéaste Michael Moore est lui aussi sous enquête, pour avoir tourné à Cuba, sans permission, une portion de son documentaire «Sicko» («Malade»).

Le département américain du Trésor a émis l'an dernier 40 308 permis à des familles qui voulaient visiter Cuba, essentiellement à des Américains d'origine cubaine. Séparément, Cuba affirme que 20 100 Américains ont visité l'île pendant les six premiers mois de l'année, vraisemblablement en majorité sans la permission des autorités américaines. En 2006, Cuba dit avoir accueilli 37 000 Américains qui n'étaient pas d'origine cubaine, soit nettement moins que les 84 500 qui y étaient venus en 2002, avant la mise en place des plus récentes restrictions.

Pascal

Pour sa part, l'American Society of Travel Agents croit que 1,8 million d'Américains visiteraient Cuba dans les trois premières années suivant la levée de l'interdit.

«Nous voulions visiter avant que tous les autres Américains n'arrivent et ne gâchent tout», a dit Bridget, une jeune femme de 20 ans, originaire de Minneapolis, qui visitait la vieille portion de La Havane avec son ami Erik. Les deux jeunes ont refusé de donner leur nom de famille.

«C'est un trésor interdit, a ajouté Erik. Ca va être tellement américanisé dans quelques années. Comme Cancun», où des institutions américaines comme le Hard Rock Cafe et Hooters tendent à noyer la culture mexicaine.

Quelques Américains se rendent à Cuba par bateau, mais la plupart prennent l'avion en faisant escale au Canada, au Mexique, aux Bahamas ou en JamaJique. Des cartes touristiques cubaines, qui permettent de visiter le pays, peuvent être achetées dans les aéroports de ces pays; les autorités cubaines les estampilleront ensuite, plutôt que les passeports officiels.

Danielle Drobot, qui a passé un trimestre à Cuba dans le cadre de ses études, croit que «ce sera la fin du blocus américain, et pas nécessairement la fin de Castro, qui entraînera des changements économiques et politiques à Cuba. Malheureusement, c'est l'argent qui mène.»
Source Canoe

Pascal

très interessant Pascal!

merci

riki

commenter