Forum | Voyages à Rabais® Comparez Constatez Voyagez clavardage

Cinq petites journées à voguer

Général

Cinq petites journées à voguer dans les Caraïbes
Claude Langlois - Journal de Montréal



caraibes - Cinq petites journées à voguer dans les Caraïbes
La croisière n’est pas forcément une affaire de vieux, il n’y a pas que des trucs quétaines sur un bateau et il n’est pas nécessaire de trimbaler son habit de pingouin pour plein de trucs guindés, genre gala du capitaine.

Le climat tropical des Caraïbes aura vite fait de faire fondre vos préjugés.


***

Croisière dans les Caraïbes
Le bateau voguait doucement entre Cozumel et Grand Cayman. Sur la terrasse de notre cabine, la nuit était chaude et humide, et on riait encore de nous-mêmes d’avoir chanté un peu plus tôt, avec tant de conviction, Volare et Funiculli Funiculla dans la salle à manger où c’était souper de fête.

«Ce n’est surtout pas le temps de frapper un iceberg et de voir apparaître Céline sur la proue du navire entonnant la chanson thème du Titanic», que je dis soudainement à ma femme.

Je sais, ce n’est pas le genre de blague qu’on fait normalement sur un bateau de croisière. Mais en pleine mer des Caraïbes, avec une température de l’eau qui frisait les 24 degrés, les chances de frapper un iceberg étaient aussi nulles que de voir apparaître Céline. Et puis, vin aidant, on pouvait bien rigoler un peu, non?

Par contre, les probabilités que nous repartions un jour en croisière étaient de 110%, comme on dit dans le merveilleux monde du sport.

Préjugés
Je l’avoue, c’était notre première croisière. Je sais, à notre âge, c’est honteux. Mais force est d’admettre que l’atmosphère décontractée du bateau et le climat tropical qui est celui des Caraïbes au début du mois de mai ont vite fait de faire fondre l’iceberg de nos préjugés.

Non, une croisière n’est pas forcément une affaire de vieux, encore que nous-mêmes ne soyons plus de primes jeunesses.

Non, il n’y a pas que des trucs quétaines sur un bateau, même si ça ne nous empêche pas, un soir de grande relâche vacancière, de chanter à pleins poumons Volare avec des milliers d’inconnus dans une grande salle à manger.

Enfin, non, ce n’est pas nécessaire de trimbaler son habit de pingouin et sa robe longue noire au décolleté plongeant because, pense-t-on, il y a forcément plein de trucs guindés, genre gala du capitaine et grands soupers dansants viennois.

Costa Magica
En tout cas, pas sur notre bateau. D’ailleurs, je dois dire que cette croisière que nous avons faite le printemps dernier sur le Costa Magica, un colosse des mers qui peut transporter jusqu’à 2720 personnes (sans compter les 1100 membres d’équipage), était idéale pour deux personnes comme nous qui en étaient à leur baptême de croisière.

Pascal

D’abord, la croisière, qui partait de Fort Lauderdale pour s’arrêter à Key West, puis à Cozumel et Grand Cayman avant de revenir à Fort Lauderdale, ne durait que cinq jours.

Assez longue, donc, pour savoir si nous allions aimer cela, mais assez courte aussi pour ne pas trop nous emmerder dans le cas contraire.

Puis, ce bateau des lignes Costa Cruise (qui, soit dit en passant, appartient au géant Carnival, comme aussi Holland, Princess et Cunard pour ne nommer que celles-là) nous convenait parfaitement.

Style
Nous l’avons appris après coup, mais autant Carnival s’adresse à une clientèle plus jeune, Holland et Cunard à des gens plus âgés, alors que le style de Princess convient à une clientèle qui se situerait quelque part entre les deux, autant les lignes Costa s’adressent à un large public, pour ne pas dire à toute la famille, de 7 à 77 ans.

Et ce, dans une atmosphère décontractée où, à quelques rares occasions près durant le périple, on invite les plaisanciers qui le désirent à s’habiller un peu plus formellement.

Mais ce n’est pas obligatoire et en tout temps, comme le navire est immense et que ses recoins sont nombreux, il est possible de se dénicher un petit coin où, comme des amoureux, on sera seuls au monde à mener notre petite barque

Source Canoe

Pascal

commenter