Forum | Voyages à Rabais® Comparez Constatez Voyagez clavardage

dans les coulisses de Sunwing

Général

SOURCE: EXPRESS VOYAGE

Sunwing, dans les coulisses

Véronique Leduc
Lyn Birley, directrice du centre et de l’équipage

Qui s’est déjà réellement demandé comment se faisaient les plats que l’on nous sert en avion?  Souvent, nous les goûtons sans se douter de la complexité du travail qui se trouve derrière cette gastronomie spéciale…  Mercredi dernier, Sunwing a invité quelques journalistes dans son bureau chef de Toronto pour ensuite leur faire découvrir le fonctionnement des cuisines d’une compagnie d’aviation, les secrets d’entraînement d’un  équipage et les lieux, gigantesques hangars, qui accueillent les avions pour l’entretien.  Visite des coulisses d’une compagnie d’aviation.

Cuisine des airs

Chez CLS Cathering Center, à 10 minutes de l’aéroport, les cuisiniers travaillent fort pour inventer, cuisiner et tester des recettes qui plairont aux passager et qui seront aussi goûteuses sur terre que dans les airs.  Lyn Birley, directrice du centre et de l’équipage, s’occupe de coordonner toute l’équipe qui fournit chaque jour 15 000 plats à plusieurs compagnies d’aviation dont Sunwing à Toronto et à Vancouver.

Ainsi, après le champagne d’arrivée et la serviette chaude en forme de pastille qui se déploie sous l’action de l’eau chaude, les clients des longs vols de Sunwing peuvent choisir entre plusieurs options de plats.  Pour les vols de plus de trois heures, gaufres ou œufs le matin, poulet, pâtes, plat végétarien ou menu pour enfants le midi et le soir; tous imaginés et préparés chez CLS.  Pour les vols plus courts, on y prépare aussi des choix de sandwichs chauds.  En plus des choix offerts, la cuisine change ses plats à chaque saison et s’adapte aux goûts des clients de chacune des destinations.  « Suite à différents tests et questions à nos clients, nous avons constaté par exemple que les Québécois aimaient mieux la sauce tomates plus épicée.  Alors exclusivement pour le Québec, nous épiçons d’avantage notre sauce », explique Lyn Birley.

Tous les plats préparés chez CLS sont fait 24 heures à l’avance.  Ils sont préparés, assemblés, réfrigérés, réchauffés, transportés dans l’avion et servis. «  À cause de toutes ces étapes, les goûts et les couleurs des plats peuvent parfois changer, explique Lyn, et c’est pourquoi, lorsque nous cuisinons de nouveaux plats, nous faisons des tests au sol, mais aussi dans l’avion, une fois que toutes ces étapes sont franchies. »

Lyn Birley, directrice du centre et de l’équipage
Selon Lyn Birley, le plus gros défi d’une cuisine pour avions, c’est de tenter de prévoir la quantité de nourriture nécessaire pour tous les passagers.  « Avec les choix offerts, les goûts différents des passagers et les spécificités, c’est assez difficile d’avoir assez de tout, c’est presque une science, mais ça me paraît tout de même excessivement important! », affirme la directrice du centre.  Pour ce faire, CLS commence toujours ses saisons avec 50% de chacun des deux choix principaux et s’adaptent ensuite avec le temps aux préférences des clients.    

Une visite des cuisines vient confirmer la complexité d’une cuisine pour avions.  Des dizaines de grands réfrigérateurs (imaginez la quantité de nourriture nécessaire à la confection de 15 000 repas par jour!  Un exemple?  CLS passe 20 000 citrons par semaine!), des c

Une visite des cuisines vient confirmer la complexité d’une cuisine pour avions.  Des dizaines de grands réfrigérateurs (imaginez la quantité de nourriture nécessaire à la confection de 15 000 repas par jour!  Un exemple?  CLS passe 20 000 citrons par semaine!), des codes de couleurs pour s’y retrouver dans les dates de réception des aliments, des commandes de nourriture qui arrivent tous les jours, des chefs pour chaque section, un chef exécutif, des alarmes qui « surveillent » la température des réfrigérateurs, une équipe qui rentre de nuit pour préparer les plats des déjeuners et des portes de déchargement pour chacune des compagnies d’aviation…

Vincenzo G Sicilia, chef responsable de tout ce beau monde vient du milieu hôtelier mais travaille depuis 20 ans pour les cuisines d’avions.  Au début, ce qu’il a trouvé le plus difficile, ça a été de rendre de grandes assiettes dans des petits plats. « Je voulais donner la même qualité de mets mais dans des contenants qui me paraissaient très petits. »  Les cinq étapes à franchir entre les casseroles et le clients lui paraissaient aussi être tout un défi au début.  « Mais on développe des trucs! », avoue t-il.

La plupart des produits utilisés chez CLS sont canadiens « pour encourager le pays », même les vins rouge et blanc qui sont servis dans des emballages Tétrapack « par souçi pour l’environnement mais aussi pour la légèreté des contenants », explique Lyn Birley.

Équipage



Celle qui s’occupe aussi de l’équipage affirme que de ce côté, son plus gros défi, est de veiller à ce que tous les membres soient de bonne humeur.  « Si le personnel n’est pas content, les clients le ressentent », croit-elle.  À tel point que la directrice affirme avoir à quelques reprises renvoyé chez lui pour la journée un membre de l’équipage parce qu’elle ne le sentait pas d’assez bonne humeur. 

Chez Sunwing, il y a 302 membres d’équipage, pour une moyenne d’environ 30 membres par avion.  Le ratio y est d’environ 60 femmes pour 40 hommes. 

Lors de l’embauche, Lyn privilégie surtout l’expérience dans le service à la clientèle plus que celui du travail dans le milieu de l’aviation.  Bien sûr, le bilinguisme ou même le trilinguisme sont aussi privilégiés.  Lorsqu’un candidat est choisi, il doit passer des tests et réussir un entraînement avec un résultat d’au moins 80%.  Et, fait étonnant, l’entraînement de cinq semaines consiste en un peu moins d’une semaine de service à la clientèle et à quatre semaine d’entraînement en lien avec la sécurité!  Par exemple, les candidats doivent savoir nager et le prouver et ils doivent bien sûr maîtriser les techniques de premiers soins.

Une visite dans les hangars

Finalement, une brève visite dans les hangars de Sunwing a permis d’observer les lieux d’entretien des avions lors de mauvais temps.  « Quand il fait beau, il reste plus simple de travailler dehors », a expliqué un responsable des lieux.  Dans un tel hangar, l’avion paraît bien petite…

Bref, si l’on trouve parfois impressionnant le concept d’un avion dans les airs et si l’on se retrouve parfois, comme un enfant, impressionné par sa grosseur, on apprend, en visitant les coulisse de ces oiseaux géants, que ce qui se trouve derrière est encore plus grand et tout aussi impressionnant! 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Fax Extra  |  Brochures  |  Offres d'emplois  | Éducotours  |  AgendaAnnuaireduvoyage.ca
Club Bonus  |  Vidéo Web  |  Galerie photosArchives  |  TRAVELHotNews  |  Canadian Traveller  |  Addison
ACCUEIL Abonnement  |  Recherche sur Express Voyage  |  Kit média NOUS JOINDRE

Cliquez ici pour imprimer
11 avril 08

Sunwing, dans les coulisses
Véronique Leduc

impressionnant! 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

un gros merci pour ces renseignements , c'est impressionnent !!! l'an passé à cuba , j'étais entrain de déjeuner et je me suis posé la question suivante : combien de douzaines d'oeufs tous les hôtels de cuba peuvent bien passer dans une seule journée ??? sûrement un chiffre astronomiqueGlisser et Déposer et où prennent-ils tous ces oeufs ???

question existentielle Glisser et DéposerGlisser et DéposerGlisser et DéposerGlisser et DéposerGlisser et Déposer

playacanaGlisser et Déposer

Nous avons voyagé cette année avec eux et nous avons beaucoup aimé ce transporteur.  Au niveau service:  A+, nourriture:  A+, espace:  je ne saurais dire c'est pas avec mon 5 et 2 que je vois une grande différence.

Playacana, moi ma question existentielle ces derniers jours c'est pas pour les oeufs mais les ailes:   la Cage aux sports en offre des ailes à ses clients quand les Canadiens font 5 buts... Moi quand j'achète mon poulet à l'épicerie je veux mes 2 ailes dessus...
ça existes-tu des élevages d'ailes...  Glisser et Déposer

Glisser et Déposer  up pour Sody...

commenter