Forum | Voyages à Rabais® Comparez Constatez Voyagez clavardage

Dernière minute: aubaine, ou non?

Général

Je fais un copier-coller d'un article intéressant, (J'ai omis volontairement le nom des compagnies pour respecter les règles de VAR).

 

Voyage à la dernière minute: aubaine, ou non?
Anne Marie Parent - Collaboration spéciale  Canoe.Ca

 

 
Si on attend à la dernière minute, il faut être prêt à ne pas partir du tout!  
On connaît tous quelqu'un qui a acheté un forfait vers le Sud à la dernière minute parce qu'il n'en pouvait plus de l'hiver qui s'étirait de façon déprimante.

Moi la première, j'ai succombé à l'appel des mers du Sud. Premier réflexe: Internet. La plus grande vitrine au monde fait défiler des tonnes de prix, d'aéroports, d'hôtels, d'étoiles de classification des chambres, de photos plus ou moins floues, mais surtout une promesse de bonheur au sable chaud, à portée de carte de crédit. Puis, j'appelle mon agent de voyages pour ses bons conseils…

Vacances tranquilles

Si vous n'avez que deux ou trois semaines de vacances par année, vous voudrez que ce précieux congé bien mérité soit de qualité. Que tous les éléments soient réunis pour que vous vous la couliez douce, l'esprit tranquille.

Achat d'avance ou à la dernière minute?

LEQUEL EST POUR VOUS?
 
Alors, si vous voulez partir dans un pays en particulier, qu'on vous a chaudement recommandé un hôtel et que vos dates de vacances sont fixes, votre évasion dans le Sud organisée à la dernière minute risque de ne pas ressembler du tout au séjour de rêve auquel vous aspirez. De plus, vous n'obtiendrez peut-être pas un prix à tout casser, si bien sûr, vous trouvez des forfaits encore disponibles!

«Si on attend à la dernière minute, il faut être prêt à ne pas partir du tout!» soutient une agente de voyages  Elle ajoute que cet été, puisqu'il n'a pas fait beau, «plein de gens voulaient s'envoler vers le Sud». Plusieurs clients n'ont pu s'offrir ces vacances, tout simplement parce que tous les vols étaient complets!

Même phénomène l'hiver dernier, quand la neige nous sortait par les oreilles: ce n’est pas tout le monde qui a pu quitter le pays quand bon lui semblait, par manque de places. «Ou il restait des hôtels 4 ou 5 étoiles, à 2 000$ au lieu de 2 300$, par exemple, mais malgré des réductions de 200$ ou 300$, les prix étaient encore trop chers pour bien des clients.»

L'offre et la demande

Le tarif des billets d'avion et des forfaits tout compris est à l'image des cours de la Bourse, c’est-à-dire qu’il fluctue, influencé sensiblement par les mêmes variables: prix du pétrole, ouragans, taux de change, crises économiques et politiques, etc. Sans oublier la météo! Si l'hiver est rigoureux ou si l'été est pluvieux, la demande pour les voyages dans le Sud augmente.

L'offre dépend aussi de la boule de cristal des voyagistes (grossistes en voyage qui «fabriquent» les forfaits) et des compagnies aériennes qui prévoient, avant chaque saison, le nombre de sièges d'avion qui devraient suffire à la demande.

S'il y a plus de 10 ans, l'adéquation n'était pas toujours précise entre le nombre estimé de voyageurs et les places à leur consacrer, les compagnies se sont ajustées au fil des années.

Fini le grand nombre de billets invendus au dernier moment qu'on soldait pour liquider des places qui autrement n'auraient pas trouvé preneurs.

Au contraire, si par hasard il reste quelques sièges de libres (c'est excessivement rare dans le cas de forfaits tout compris dans le Sud), «95 % des billets seront plus chers», déclare un directeur des ventes – voyagistes de la compagnie aérienne xxxxx.
 

Pensez à l'industrie: pour éviter de perdre de l'argent en soldant des sièges à la dernière minute, la majorité des voyagistes et les compagnies aériennes calculent de façon très serrée le nombre de sièges. Ce n'est pas dans leur intérêt d'encourager le comportement d'acheteurs espérant bénéficier d'aubaines s'ils attendent au dernier moment.

u contraire, «nous faisons tout pour inciter les gens à réserver plus tôt», affirme une directrice du marketing. La promotion Réservez tôt accorde des réductions allant jusqu'à 300$ par personne aux clients qui réservent leur séjour d'hiver avant le 1er novembre, et davantage si c'est avant le 1er septembre. La majorité des voyagistes mettent de l'avant ce type de promotion.
LA CONCURRENCE

Il faut savoir aussi que les voyagistes de partout au monde réservent des chambres d'hôtel, et que si celles-ci n'ont pas trouvé preneur parce que les clients tardent à acheter leurs forfaits, les hôteliers réclament de libérer les chambres non vendues, ce qu'on appelle, dans le jargon, la rétrocession des chambres.

Achat d'avance ou à la dernière minute?

LEQUEL EST POUR VOUS?
 
Comme l'explique Mme XY «les Québécois ne sont pas les seuls à voyager! Il n'est pas rare, selon les saisons, de voir un hôtelier nous retirer nos chambres au moment de la rétrocession», afin de les attribuer à des voyagistes d'ailleurs qui attendent ces chambres très convoitées, surtout durant les périodes de Noël, des vacances scolaires et de Pâques!

«Les hôteliers font face à un problème d'inventaire et se voient dans l'impossibilité de conserver les chambres plus longtemps, continue Mme XY, ou même d'honorer les réservations trop tardives.» Eh oui, la surréservation existe, dans le but de garantir un taux d'occupation maximal: des hôtels (et aussi des compagnies aériennes) accordent plus de chambres ou de sièges qu’il en existe.

«Les hôteliers reçoivent la liste des clients qui ont réservé; mais à la dernière minute, il se peut qu'il ne reste plus de place et qu'on doive leur trouver un autre hôtel», confirme une coordonnatrice au marketing ,  soutenant toutefois que ça arrive très rarement pour son entreprise.

Alors, pensez-y bien, les vacances de dernière minute pourraient ne pas se réaliser du tout ou, du moins, pas dans les meilleures conditions!

Merci de te donner tout ce mal afin de partager cet article fort intéressant avec nous.

Là où je m'interroge c'est qu'il nous ait déjà arrivé d'acheter un dernière minute, hôtel choisi pratiquement au hasard. Rendu sur place ( à l'aéroport ) des gens ayant acheté tôt au même hôtel que nous, étaient relocalisés pour cause de surbookage... Donc nous ne sommes pas assurés d'aller là où nous avons acheté même en réservant tôt. Ce genre de chose ne doit pas être très féquent mais pour l'avoir vu, j'ai bien compris que lorsque l'on part en voyage on doit s'attendre à tout. Même en réservant tôt.

Avec la conjoncture économique actuelle, je me demande si les gens seront craintifs et garderont le portefeuille bien serré ? Si une telle chose arrive, le prix des voyages pourraient alors chuter. Un cercle très vicieux à mon avis. On dépense, on fait rouler l'économie. On arrête, l'économie s'écroule. L'échelle mondiale est pratiquement sans fin. Je me demande bien où cela aboutira.  Alors, puisque je suis une personne très peu peureuse, je décide d'attendre encore pour l'achat de mon voyage fin mars prochain. Je continue mon rythme de vie exactement comme il était, j'arrête d'écouter toutes ces mautadines de nouvelles négatives face à l'économie et j'écoute les sportsGlisser et Déposer. Peut-être que je profiterai d'un deal , peut-être pas. 

Bum

Malheureusement il n'est pas possible de communiquer avec la personne qui a écrit l'article! j'aurai peut être une vision bien différente. Pourquoi payer plus cher quelque chose qui ne répond pas à nos besoins alors qu'il est possible de payer moins cher pour avoir ce qui répond à nos besoins!

J'ai une amie qui a attendu hier pour réserver un départ en fin de semaine. Devinez quoi? Il ne restait plus de place nul part et ce avant lundi. Elle a finalement réserver un départ lundi à l'Arenas Doradas à 975$. Trop cher selon moi, elle aurait acheté il y a 3 semaines, elle aurait payé 200$ ou 300$ de moins. En plus on est dans la saison creuse, ça va être quoi cet hiver?

 

Glisser et Déposer ouin, vu d'même vous m'aider pas pentoute là Glisser et Déposer  Qui dit vrai Glisser et Déposer

ayoye, tu as raison, il n'y a plus rien nulle part pour ce week-end... vraiment étonnant! Glisser et Déposer

Il faut tout de même être logique...
Dans l'article(naif) ils disent de réservé 6 à 9 mois avant à 2000$ par personne.

De l'autre coté un personne attend 48 heures avant le départ pour réservé pour économisé, elle manque son coup parce que d'habitude il reste quelque place mais pas là. Il reste de la place lundi à 975$. mais il y a 2 semaines c'était probablement disponible à 800$ ou 900$.

Les deux extrêmes non?  En regardant régulièrement le système d'achat en ligne, on s'appercoit que c'est vrai que d'acheter quelques heures avant le départ c'est dangeureux de ne plus avoir de place.  Mais en regardant à tout les semaines les prix pour dans 1 mois, dans 3 semaines et 2 et .. on apprend rapidement comment les prix bougent et que parfois 1 semaine avant il n'y a plus de place. Il faut seulement observer et analyser un peu pour savoir que d'acheter parfois 2 ou 3 ou 4 semaines avant c'est plus sécuritaire et on a tout de même un bon prix, beaucoup mieux que d'acheter 9 mois avant!
C'est vrai que parfois, mais pas tout le temps, dans la semaine précédante les départs, parfois les prix descende et même les suppléments simple tombent... mais c'est plus risqué rendu à un période courte comme cela.

Le bon jugement! payer parfois le double en réservant 9 mois avant ou payer un très bon prix quelques semaines avant.

Moi l'an passée je me suis fait prendre à réserver derniner minuit.. Plus rien de disponible à bon prix.  Elle même mon agente attendait dernière minuite pour prendre son forfait pour RD elle a payer 200 plus cher.. Donc moi je dit acheter votre voyage de 2 à 4 semaines à l'avance..

J'ai trouvé l'article intéressant (sur Canoe.Ca ce matin ).....je voulais le partager avec vous.....j'imagine que les gens habitués à réverter en dernière minute, vont  continuer, s'ils ont l'expérience et le temps de guetter des forfaits...

Moi, je me dis que pour profiter des dernières minutes, il faut:

1) Ne pas être nerveux(se) comme moi! (Moi, je suis incapable d'attendre 2-3 semaines avant! Trop sur les nerfs, la madame!) Glisser et Déposer

2) Ne pas être difficile

3) Avoir le temps en masse de guetter souvent tous les jours (des fois, les vraies aubaines ne sont affichées que 1 heure ou deux!)

4) Accepter de partir n'importe où et dans n'importe quel hôtel.....j'imagine que si on envisage un hôtel en particulier, vaut peut-être mieux le réserver dès que son prix nous convient??

5) Être souple pour les dates de départ.....si on travaille et que comme moi, on a des cédules strictes (je dois prévenir de mes dates en mars pour l'été, et en octobre pour l'hiver!) ce n'est pas facile de booker un dernière minute...on risque en effet de ne pas aprtir, ou de ne pas aller où l'on voulait....et aussi, les dernières minutes sont souvent seulement pour des séjours de 1 semaine.

Je serai à la retraite fin novembre , donc je vais probablement pouvoir plus guetter les spéciaux! Glisser et Déposer

Mais le conseil des agents de voyage et des habitués d'ici, c'est souvent: Réserver dès que le prix nous convient!

commenter