Forum | Voyages à Rabais® Comparez Constatez Voyagez clavardage

Vacances dramatiques au Casa Marina

Général

Mise à jour: 16/02/2009 09:23  
République dominicaine
Vacances dramatiques
(Journal de Montréal) Serge Labrosse
Le Journal de Montréal
 
L’hôtel Casa Marina Beach & Reef. © PHOTO D'ARCHIVES
Témoins d'une sanglante scène de violence conjugale dans un hôtel de la République dominicaine, deux couples québécois ont vécu des moments difficiles lorsqu'ils ont été pris à partie par l'agresseur, pour avoir tenté de secourir sa femme...

Le suspect dans cette affaire serait aussi un Québécois, raison pour laquelle les témoins ne veulent pas être identifiés publiquement, craignant des représailles.

Les amis venaient de s'installer à l'hôtel Casa Marina Beach & Reef, à Sosua, il y a quelques jours, lorsque l'un des couples a été réveillé dans la nuit par les hurlements d'une femme : «À l'aide! J'ai pas mérité ça! La voyageuse qui nous rapporte l'événement s'est présentée à la porte voisine avec son conjoint et l'autre couple, et a frappé.

«Personne n'ouvrait et ça criait, raconte la dame. On a appelé la sécurité.

«Un homme a fini par entrouvrir la porte. Il a dit qu'il n'y avait pas de problème; que sa femme était saoule...

«L'agent de sécurité a poussé la porte et on l'a vu plein de sang. Il y avait du sang partout et on a retrouvé la femme, nue, en petite boule dans son bain, couverte de sang.

«Elle était en train de perdre un oeil; il était quasiment sorti de l'orbite. C'était dégueulasse : le sang coulait...»

Le témoin poursuit : «Elle a nous a dit de laisser faire; que c'était son mari... On l'a convaincue de se laisser soigner par le médecin de l'hôtel.

Mais quand les deux couples ont demandé à l'administration de l'hôtel d'appeler la police, cette dernière a obstinément refusé, leur reprochant même d'être intervenus dans une affaire «privée».

Le suspect - un habitué de la place, leur a-t- on dit - n'a pas été importuné.

L'hôtel lui aurait même servi quelques verres, tandis que chacun discutait du cas.

Assaut

L'affaire a pris une autre tournure quand, retournant à leur chambre au milieu de la nuit, les voyageurs ont croisé l'homme dans un corridor.

«Il nous a sauté dessus! Je me suis interposée parce que mon chum est cardiaque. Il m'a poussé sur un banc de métal où je me suis blessée au dos. Mon chum est tombé et s'est blessé à une cheville.

«On n'en pouvait plus. On avait peur et on a demandé à l'hôtel d'être conduits dans un autre de leurs établissements. Quand ça nous a été accordé, le lendemain seulement, après une nuit tous ensemble dans la même chambre par mesure de sécurité, on nous a imposé des frais de séjour pour la nuit passée au Casa Marina ; malgré ce qui s'y était passé!

«Il n'y a pas eu d'autre incident par la suite, mais je n'ai pas osé sortir des environs de l'hôtel. J'étais persuadée que s'il m'arrivait quelque chose, personne n'aviserait la police...»

http://www.canoe.com/infos/societe/archives/2009/02/20090216-092300.html


République dominicaine

Tout pour sécuriser

Serge Labrosse
Le Journal de Montréal
16/02/2009 09h23 

République dominicaine - Tout pour sécuriser
L’hôtel Casa Marina Beach & Reef.  
© PHOTO D'ARCHIVES

La mésaventure de deux couples en République dominicaine survient au moment où le gouvernement du Canada annonce sa préoccupation de la santé et de la sécurité des voyageurs à l'étranger.

 

«Il y a en tout temps près de 3,4 millions de Canadiens à l'extérieur du pays», indique le ministre des Affaires étrangères, Lawrence Cannon.

Dans le but d'aider ces voyageurs à «assumer activement la responsabilité de leur santé et de leur sécurité», le gouvernement vient de publier une nouvelle brochure de recommandations et conseils pratiques.

Air Transat

De son côté, Jean-Michel Laberge, responsable des communications chez Air Transat, estime que le cas survenu en République dominicaine en est un qui «aurait pu se produire n'importe où -même ici».

Il estime que la représentante Nolitour, sur place, a fait ce qu'il fallait pour porter assistance aux voyageurs et les aider à se relocaliser aussitôt.

Les frais imposés lorsqu'ils ont changé d'hôtel ne couvraient pas la nuit passée au premier établissement, mais plutôt une charge normale de surclassement dans un hôtel plus luxueux, a-t-il dit.

Une plainte a été déposée par les quatre voyageurs auprès d'Air Transat-Nolitour et elle suit son cours.

http://www.canoe.com/archives/infos/societe/2009/02/20090216-092301.html


l,hiver passé a arenas blancas a cuba (2008)

il y avait quel qun qui crier comme un malade a l,étage en dessous de nous

un homme il avait frapper sa femme au visage   moi j,ai pas eu le temps d.intervenir l,agent de securité est arrivée en même temps que moi

j,ai eu le cullot d,allé voir mais personne ne sortait de leur chambre pour intervenir a coté de leur chambre  (peur de représaille)

l.hotel a prit ses déposition a l,égard de cette indivudue  qui n,avait plus accès a rien

isolé dans sa chambre   allé manger passé devant tout monde avec l,agent de sécurité  (plus accès au bar-plus la plage )

La dame a était mie dans une autre chambre avec ses troie enfant avec aucun contact  avec le conjoint  sans avoir un agent sécurité a cet côté

l,homme tourjour avec un agent avec lui qui le surveiller contunuellement

2 jour plus tard le fautif était plus là  .....quel calme  on savait j,amait  quand quil va reprappé sa femme quel  engoise 

le pire de tout ça c,est la dame et les enfant qui ont pas pu profité de leur voyages juste au bout a cause de ces homme

il a bouculé les gens dans l,hotel   c,a créer un malaire pour tout le monde

Le gens le regardait d,un regar  en murmurant des chose a son geste qui a posé

a cuba les cubain prendre soin de leur dame  et c,est mal vue pour eux un incident pareil 

il pense comme nous on ne touche j,amais a une dame  il sont tellement precieuse pour nous

il faut en prendre soin de notre douce tant aimée pour moi elle est tout pour moi  

quand je voie un incidant pareil je vient or de  moi @#%#$$$?%%?#$%#$#$%Glisser et DéposerGlisser et DéposerGlisser et Déposer

on souhaite que sa revienne pas 

 

 

 

 

Désolé hahaha, mais à Cuba il y a énormément de violence conjugale et ce n'est pas du tout mal vue. La femme peut crier tant qu'elle veut, personne ne va s'interposer parce que c'est une histoire de famille. Selon eux, elle a dû faire quelque chose de pas correct pour se faire battre et elle le mérite. Ça se passe en privé dans les maisons et non pas à l'hôtel ou dans un autre lieu public. En public, ils vont toujours défendre leur femme, mais en privé, ça peut être très différent. Évidement, ce n'est pas tous les cubains qui vont battre leur femme. Plusieurs pensent comme nous, mais plusieurs pensent le contraire aussi. L'homme cubain a tout le contrôle sur sa femme, elle doit faire ce qu'il veut et ne pas faire ce qu'il ne veut pas. Je connais plusieurs cubaines qui sont ici et qui ne veulent plus rien savoir d'une relation avec un cubain. Parce qu'ici elles ont découvert c'est quoi une relation d'égal à égal. J'ai entendu plusieurs histoires où le mari a tué sa femme à Cuba. Ça c'est illégal et la personne se retrouve en prison. Mais si la femme se fait "seulement brasser", la police ne va rien faire. Le mari va expliquer pourquoi il fait ça et les policiers vont décider si le mari avait des bons motifs pour la frapper. Leur vision des choses est très différente de la notre.     

Glisser et Déposer C'est triste en titi. On ne sait pas ce qui est arrivé à la dame? A t-elle eu des soins? Faut se sentir vraiment pognée pour accepter tout cà et lui éviter les conséquences à son fameux de mari. Glisser et Déposer

Seigneur que c'est vrai que c'est mieux d'être seul que mal accompagné Glisser et Déposer

Heureusement que j'ai un conjoint qui est tout doux et anti-violence.

Mais toutes n'ont pas cette chance Glisser et Déposer

Ca lance un drôle de message quand même, si ca se serait passé ici, maintenant les policiers ont le pouvoir d'accuser le gars même si la femme veut pas. Ils n'ont qu'à emmener leur femme en voyage et leur sacrer une volée là-bas et rien n'est fait. Glisser et Déposer

elle etait amoché un oeul au beurre noir et des bleu sur le corps surtout sur le bras gauche

il doit lui avoir donné des soin  je sais pas je pense que oui

comme j,ai dit deux jour après je les ait plus vue

il faut être lâche pour faire ça a la mère de ces enfant

je sais pas si la loi là-bas est comme ici j,èpere que oui

sinon il gagne comme dit a dit

va la bas pour pas faire poigné

 

 

 

 

Moi je trouve cet histoire épouvantable.  Je sais que si moi et mon conjoint avions connaissance que quelqu'un (une) soit en difficulté, on interviendrait.  On ne peut pas rester insensible à une cause comme celle-là.  Là où j'ai le plus de difficulté, c'est que l'hotel et la sécurité ne soient pas intervenue car il s'agit d'une affaire privée et que Monsieur est un habitué de la place.  Bapteme, ca leur prends quoi un meutre sur les bras pour agir.

Je remonte pour Chandail.

commenter