Forum | Voyages à Rabais®

La Tunisie de l'Empire romain

Général

La Tunisie de l'Empire romain

Christian Benoit-Lapointe

La Presse

Collaboration spéciale

Reconnue pour le sable de ses plages et de son désert, ou encore pour le pèlerinage des inconditionnels de Star Wars, la Tunisie est aussi un véritable joyau pour les mordus de la civilisation romaine.

En 146 av. J.-C., Rome réalise un rêve: rayer de la carte Carthage, sa grande rivale située à proximité de Tunis. Les cinq siècles de civilisation romaine suivants ont laissé des traces indélébiles dans le paysage tunisien. Une épopée qu'on peut découvrir en trois petites journées d'excursions accessibles à partir de la côte.

Au beau milieu d'un paysage dominé par les oliviers se dresse, d'un trait, le monument romain le plus impressionnant du pays: l'amphithéâtre d'El-Jem. Au cur de cette petite ville située non loin des zones touristiques côtières de Mahdia et de Monastir, il est facile d'oublier que la riche cité commerçante Thysdrus se trouvait au carrefour des routes commerciales, et que certains soirs, quelque 30 000 personnes venues parfois de loin se massaient sur les sièges de marbre de cet amphithéâtre moderne.

Encore aujourd'hui, on peut visiter les «coulisses» souterraines où les fauves et les gladiateurs attendaient d'être remontés par un ingénieux système d'ascenseur. Que le spectacle commence! Avec ses 149 mètres de longueur et ses trois étages, il n'a peut-être pas la taille colossale de celui de Rome, mais son remarquable état de préservation permet au visiteur de ressentir l'esprit de ces lieux. Dommage que les troupes de Mohammed Bey aient eu l'indélicatesse de percer une brèche dans l'amphithéâtre en 1695 afin d'y déloger des ennemis...

Au sommet d'une verdoyante colline au sud-ouest de Tunis trône l'ancienne ville numide «romanisée» de Dougga, qui a connu son âge d'or durant la période romaine. Du haut des gradins du théâtre, on profite d'une très belle vue panoramique de la ville et de la plaine environnante.

On peut ensuite emprunter une route de pierres en direction du centre-ville, où domine le capitole, un immense bâtiment qui a remarquablement traversé le temps. Le forum, le marché et quelques temples forment le cur de la florissante cité. Les maisons des nobles sont situées à proximité, le long d'une grande rue, alors que des demeures plus humbles ont été érigées en périphérie.

 

Pour terminer ce petit voyage dans le temps, on rentre à Tunis, où le musée Bardo est un passage obligé. Entre les murs de ce majestueux palais sont regroupées les plus belles mosaïques du pays, car pour préserver son patrimoine, l'État a centralisé et restauré les plus remarquables.

Chaque salle renferme des mosaïques trouvées sur un site (Dougga, Bulla Regia, El-Jem, Carthage, etc.), ce qui donne de la cohérence à ce lieu chargé d'histoire. Les mosaïstes n'étaient pas bien vus à l'époque, mais il est pourtant facile de passer une journée à contempler la minutie de leur art et à décortiquer les scènes de chasse et de pêche, en passant par des représentations fort précises de la vie quotidienne il y a deux millénaires.

Source la Presse

Pascal Glisser et Déposer

Bonjour Pascal,

Je n'interviens pas souvent sur le forum mais je te lis régulièrement.  Continue ton beau travail, tu me fais rêver avec tous ces articles et informations.

Un merci spécial en ce dimanche nuageux.

Opale

Cela ma fais plaisir , bonne journée

Pascal

commenter
Répondre